Ma littérature wildienne et para-wildienne

Voilà bien longtemps que je ne vous avais pas enquiquiné avec mon cher et tendre Oscar. Oscar Wilde… Une histoire d’amour entre nous qui a commencé il y a bien longtemps…. pour vous dire à l’époque où j’ai eu pour la première fois un de ses ouvrages entre les mins j’étais au collège, 5ème-4ème… je ne sais plus trop…. C’était Le Portrait de Dorian Gray et je suis tombée amoureuse de ses personnages, de son histoire et de son style même si je me souviens d’une lecture très difficle… Et autant vous dire qu’à ce moment là je n’ai pas comprit la moitié de la portée de l’oeuvre… aujourd’hui c’est bien different, à force de le lire et le relire, c’est peut être l’un des livres que je connais le mieux même si à chaque lecture je découvre de nouvelle chose. Il s’agit très certainement aussi du seul livre dont je ne ferais jamais d’avis par ici pour la simple et bonne raison que j’ai trop de choses à dire que mon article ferait très certainement pas loin de l’équivalent d’une dizaine de pages sous word/works.

Bref Oscar Wilde…. une passion. Et comme c’est une passion j’ai commené une collection fort stupide, récupérer un exemplaire de chaque édition de chaque livre de mon adoré Oscar, en français et en anglais et pour Le Portrait de Dorian Gray, dans le maximum de langues possibles même si je ne suis pas forcément capable de les lire en japonnais en suedois ou que ne sais-je encore.
Vaste programme, stupide programme me direz-vous… Peut-être mais les instincts de collectionneurs font des ravages (Ravage référence à la passion dévorante de la copine Méli (qui d’autre honnetement) pour son René d’amour, c’est d’ailleurs elle qui m’a donné l’idée et le courage de débuter cette entreprise).

Et sans plus tarder voici mes bébés d’amours. Ils ne sont ni rarissimes ni exeptionnels, je n’ai pas les moyens financiers pour acquerir de véritables perles (un jour je serais riche et celebre alors je pourrais acheter des premières éditions et tout et tout nah…) Ceci dit si vous avez des Wilde ou de la littérature para-wildienne dont vous voulez vous débarasser (en don ou même en troc même si je n’ai pas grand chose, ou si vous avez une wish-list) je serais ravie de vous alléger de ces petits qui seront choyés avec amour sur mes étagères (sisi je fais la poussières sur mes livres deux fois par semaines et je met parfois des fleurs dans un vase pas loin et ds peluches douces pour les « caler » tout en les laissant respirer)

Commençons avec La littérature wildienne, c’est à dire les ouvrages écrits par O. Wilde lui-même ou bien ceux qui lui sont attribués

I Romans, contes et nouvelles.

* Le portrait de Dorian Gray (The Picture of Dorian Gray), 1890 puis revisé en 1891. Les versions publiés actuellement le sont d’après la version de 1891.

En anglais :

The picture of Dorian Gray, Trans Atlantic Press imprimé en 2012.

The picture of Dorian Gray, Penguin Popular Classics, imprimé en 1994 (?).
Couverture : Détail de Collector of coins, de Vilhelm Hammershoi.

En Italien :

Il ritratto di Dorian Gray, Rusconi Libri, imprimé en 2012.
Traducteur non nommé.
Couverture Ritratto del conte Robert de Montesquieu, Giovanni Boldini.

En Français :

Le portrait de Dorian Gray, Gallimard folio classique, imprimé en 199.
Traduction de Jean Gattégno.
Couverture : Détail de Portrait double de Hans von Marées.


Teleny
, publié en 1893, anonymement mais attribué par la suite à Oscar Wilde, notamment en raison du style, Le pré aux clercs bibliothèque libertine, imprimé en 1999.
Traducteur non nommé.
Préface de l’édition de Dominique Leroy.
Couverture : Détail de Jeune homme nu assis au bord de la mer, Hyppolyte Flandrin.
Mon avis

* Le portrait de Mrs W. H ( The portrait of Mrs W. H. ) publié en 1889.

Le portrait de Mrs. W. H., Le livre de poche les classiques d’aujourd’hui, 1997.
Traduction de Jules Castier.
Couverture : Dessin de Louis Constantin

* Le fantôme de Canterville ( The Canterville ghost) et autres nouvelles, c’est à dire Le crime de Lord Arthur Savile (Lord Arthur Savile’s Crime), Le millionaire modèle (The model millionaire) et Le Sphinx sans secret (The Sphinx without a secret), respectivement publiés en 1887, 1887, 1887 et 1894. Ces nouvelles sont très souvent réuinies ensembles, soit uniquement les trois première soit les quatre.

Le crime de Lord Arthur Savile, avec Le fantôme de Canterville, Le Sphinx sans secret et Le millionaire modèle, mercure de France folio, imprimé en 2008.
Traduction de Léo Lack.
Couverture : Détail de Louis Pascal, Toulouse-Lautrec

Le fantome de Canterville et autres contes, avec Le crime de Lord Arthur Savile, Le millionaire modèle et Le Sphinx sans secret, Le livre de poche nouvelle approche, imprimé en 1996,
Traduction de Jules Castier.
Illustration de Maurice Henry.

Le fantome de Canterville et autres contes avec Le crime de Lord Arthur Savile et Le millionaire modèle, Hachette Le livre de poche jeunesse, imprimé en 1988,
Traduction de Jules Castier.
Illustration de Pierrick Tillet.

Le fantome de Canterville avec Le crime de Lord Arthur Savile et Le millionaire modèle, Hachette Le livre de poche jeunesse, imprimé en 1997,
Traduction de Jules Castier.
Illustration de Pierrick Tillet.

Le fantome de Canterville avec Le crime de Lord Arthur Savile et Le millionaire modèle, Bilbiothèque Lattès, 1988,
Traduction de Jules Castier.
Illustration de Gustave Doré

* Une maison de grenades – A house of Pomegranates, (comprenant Le jeune roi (The young king), L’anniversaire de l’Infante (The birthday of the Infanta), Le pêcheur et son âme (The fisherman and his soul) et L’enfant-étoile (The Star-child)), Gallimard folio bilingue, imprimé en 2004,
Traduction de François Dupuigrenet Desroussilles.

II Poèmes

La ballade de la geôle de Reading (The ballad of Readin Goal), avec Requiescat, San miniato, Bords de l’Arno, Rome non visitée, Désespoir, En vue de l’Italie, La tombe de Keats, Jour de Pâques, Jours perdus, La tombe de Shelley, Dans les allées de Magdalen, Endymion, Madonna mia, Qui multum amavi, Silentium amoris, Taedium vitae, Impression du matin, Dans la chambre jaune, Impression, Impression 2, La maison de la courisane, Fantaisies décoratives, Sur la vente aux enchères des lettres d’amour de Keats, Symphonie en jaune,  Gallimard folio 2euros, 2005,
Traduction de Paul Bensimon et de Bernard Delvaille.

III Essais et reflexions

En anglais:

De profundis, The ballad of Reading gaol and other writings, Wordsworth edition, 2002.
Couverture : Oscar and Bosie, de Fred Aris

De profundis, lettre « ouverte » écrit durant sa détention publiée pour la première fois en 1905 puis dans son intégralité en 1962.  Exemplaire imprimé en 2001, Stock la cosmopolite.
Traduction Leo Lack
Couverture Didier Thimonier


L’âme humaine et le socialisme
(The soul of man under socialism)
, essais publié pour la première fois en 1891. Exemplaire imprimé en 2010, Aux forges de Vulcain.
Traduction : Maxime Shelledy
Couverture : Elena Vieillard.

Aphorisme, publié pot-mortem en 1904, exemplaire imprimé en 1999, Mille et une nuits.
Traduction de Bernard Hoepffner et Catherine Goffaux.
Ilustrations Laurent Parienty.

IV Théâtre

The importance of being earnest and other plays (Lady Windermere fan’s, A woman of no importance, An ideal Husband et Salomé), Penguin plays, 1986.
Couverture : Edith Evans dans le rôle de Lady Bracknell (film version).

A woman of no importance, penguin popular classics, 1996.
Couverture : Detail de Tea in the garden de Albert Chevalier Tayler.

V Oeuvres completes

The complete Oscar Wilde, Paperbakc book club, 1996

https://i0.wp.com/reverence-sateenkaari.cowblog.fr/images/P1210826.jpg

 

* * *            *            * * *

 

Puis passons à La littérature para-wildienne

* Les ouvrages de Gyles Brandreth

Oscar Wilde et le meutre aux chandelles, 10/18 grands détectives, 2008
Traduction de Jean-Baptiste Dupin

Oscar Wilde and a game called Murder, Touchstone book, 2008

* Les biographies et réflexions sur Oscar Wilde.

Jacques de Langlade, Oscar Wilde écrivain français, Stock monde ouvert, 1975

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Ma littérature wildienne et para-wildienne

  1. Ping : C’est par ici et c’est par là ( Sommaires) |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s