Juillet – Aout Les petits nouveaux 12

Me revoilà après une longue absence pour un rendez vous des petits nouveaux.

Pas grands chose si l’on considère que cet article reprend les adoptés des deux derniers mois. En même temps ayant passé une bonne partie de ce temps en fouilles, dans un merveilleux endroit, propice à l’imagination, à la magie et à l’emerveillement (oui a la science aussi mais ça c’est un autre aspect), je n’ai pas trop fait les librairies.

  Commençons par celui qui peut vous paraitre le plus ennuyeux mais qui signifie beaucoup pour moi, le Studi Etruschi LXXV – MMIX serie III. Ce n’est qu’un extrait du dit ouvrage mais c’est celui où j’ai co-signé un article alors forcement je suis toute contente de voir mon travail, même si ce n’est qu’un dessin, ainsi récompensé. Bref j’ai reçu cet ouvrage en juillet, et le même mois une collègue qui voulait se débarasser de son trop plein de bagage m’a passé son Fred Vargas. Il s’agit de L’armée furieuse, son dernier. Voilà un bon bout de temps que je voulais m’en acheter un, la dame étant archéologue. D’un côté ça remonte un peu le moral de voir qu’une scientifique comme elle parvient à mener de front ses deux carrières. Le dernier de la photo ci-contre est un ouvrage qu’un autre collègue m’a donné car il ne lui plaisait pas et il allait le jeter. SOS livre en detresse a fait le reste et j’ai sauvé ce petit Fureur de Chochana Boukhobza. Il n’est pas certain que je le lise avant un petit moment car si à la lecture de la 4ème je n’étais pas des plus emballée. Il se retrouvera peut être bientôt en troc, à voir.

 

Ces ouvrages-ci vous intéresseront peut être un peu plus. J’ai enfin, lors d’une virée Oasis / easy cash dans ma campagne natale, réussi à trouver le second tome de la trilogie de Cornelia Funke, Sang d’encre. Après avoir vibré lors de ma lecture du premier tome (et notamment plus ou moins après être tombée amoureuse de Doigts de poussière, j’ai hâte de lire celui-ci. Au passage mon seul defi de cette année avance plutôt bien car je continue ainsi une série commencée.  C’est également le cas avec les suivants : Joseph Delaney et La malediction de l’épouvanteur (l’apprenti épouvanteur T2), Herbie Brennan et L’empereur pourpre (la guerre des fée T2), Holly Black – Tony Di Terlizzi et L’arbre de fer (Les chroniques de Spiderwick T3)  La lunette de pierre (Les chroniques de Spiderwick T2), M. Marukami et le tome 4 de Gravitation et enfin Eric L’Homme et Le visage de l’ombre (Le livre des étoiles T3) qui me permet d’ailleurs de terminer cette série que j’ai d’ailleurs lu depuis. 

 


Enfin, d’autres petites choses comme
L’appel du sang de Stephenie Meyer. Je ne sais pas trop pourquoi je l’ai pris, peut etre parce que tellmeent de personnes descendent maintenant cet auteur que juste pour faire mon enquiquineuse j’ai envie d’en lire, ou alors parce qu’il était à 50 ct… Bref un livre que je me met de toute façon de côté pour une lecture sans prise de tête. J’ai également trouvé Au commencement il y avait Bob de Meg Rosoff. Je l’avais sortit de son étagère car j’ai vu l’estampille Black moon et puis j’ai accroché à la 4ème qui m’a fait mourir de rire et m’a intrigué. Donc à voir aussi. Le suivant de la photo ci-contre, est un comics italien que j’aime bien lire et un ami de fouilles s’en débarassait alors je l’ai récupéré il s’agit de la série de Tiziano Sclavi, Dylan dog, précisément du numéro 270 : Il re delle mosche. J’aime bien, ça me fais un peu travailler mon italien de manière ludique et puis bon une bd de temps en temps c’est sympa. Dans la même musette que les livres trouvés dans ma campagne natale, j’ai mis ma main sur un classique de Sf Oms en série de Stephan Wul. J’avais adoré lire Niourk que je ne peux que vous conseiller et cherchais celui-ci depuis longtemps. Pour le Jonathan Stroud : Batimeus, l’anneau de Salomon (Bartimeus préquelle) je crois que c’est la folie acheteuse car bouh vilaine fille il me fait commencer une nouvelle série, quant au Florian Zeller, Neiges artificielles, je le cherchais depuis un bon moment, depuis une rencontre assez lointaine avec un jeune musicien aveec  qui j’avais pu parler Wilde et autres et qui m’avait au fil de la discussion qui avait déviée, conseillé ce livre. Même si je n’ai plus aucun contact avec ce jeune homme je pourrais le lire. Les deux derniers, G. de Maupassant : Scènes de la vie de province extrait etContes et récits de l’antiquité, sont des cadeaux de mon papa qui les a trouvé je ne sais plus où mais qui pour m’aider à completer ma collection de classiques m’a récupéré le premier ( je l’avais déjà mais chut on ne lui dira pas tant il était tout content de me trouver des livres). Le second, il me l’a prit parce qu(‘il traite de l’antiquité et que c’est une peu sa manière de me montrer qu’il s’intéresse à ce que je fais.

Sur cette note sequence émotion je vais vous laisser et retrouver le beau soleil d’une fin de journée à Rome où je squatte pour quelques jours encores.

 

 

Cet article, publié dans Non classé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s