Cornelia Funke, Sang d’encre

¤ Cornelia Funke
Sang d’encre, 2005 (T2 série Coeur d’encre)
Gallimard jeunesse, 2009
Traduction de Marie-Claude Auger

¤ 4ème de couverture

Meggie et ses parents savourent leurs retrouvailles lorsque Farid apporte une nouvelle boulversante : prêt à tout pour revoir les fées et sa famille, Doigt de Poussière a regagné le Monde d’encre, ignorant qu’un grand danger l’attend. Farid et Maggie décident de partir à sa recherche. C’est le début d’un voyage incroyable… et terrifiant.

¤ Avis.

Tout d’abord, contrairement à ce que j’avais fait pour le premier tome, pas de citation. Non pas parce que je n’en ai pas trouvé, non mais juste parce que j’étais tellement prise dans l’histoire, tellement avide de ces quelques minutes de lecture repos que j’ai eu la flemme de m’arreter pour aller chercher un bout de papier à déchirer et caller entre les pages pour relever les passages. Et puis d’une manière l’ouvrage en entier peut-être une citation alors bon….
Petite paranthèse close passons à cet avis.

Sang d’encre est le donc le second tome de la trilogie Coeur d’encre de Cornelia Funke. J’avais lu le premier tome, Coeur d’encre, il y a quelques mois, années et je me souviens d’un pur coup de coeur (et d’un pur coup de foudre pour le personnage de Doigt de Poussière mais ça je vous en reparle plus loin… ou pas). Comme le précédent tome, il s’agit d’un bon pavé de 662 pages pour 77 chapitres… Ouip c’est juste énorme mais en réalité les chapitres sont assez courts, ce qui est pas mal. J’en avais déjà fait la remarque dans l’avis précédent mais je suis de plus en plus en faveur des chapitres courts, égoistement parce que le soir ça me permet de me lire ou un deux petits chapitres dans mon lit avant de dormir manière de faire retomber les angoisses et pressions de la journées. Un chapitre court ça évite de se coucher à 3h du mat parce que  » je termine mon chapitre et j’éteint « .

Autre point que j’avais déjà souligné mais qui est toujours d’actualité est cet usage de la citation en début de chapitre. C’est tiré d’un peu de tout même si dans le tome 2 un peu moins de noms me sont familiers (de quoi rallonger ma wish list tout ça). J’aime vraiment cette pratique, déjà car cela illustre un peu le chapitre à venir mais aussi ça permet d’elargir ses horizons en découvrant de nouveaux ouvrages et pour ceux qui aiment essayer de plonger dans le monde de l’auteur cela permet aussi de voir une partie de ce qui a former l’imaginaire, l’intellect, le style de l’auteur qu’on est en train de lire.

Et comme je suis sur le point illustration j’aimerais faire une petite note pour deux choses.
1 – le style de la couverture. Pas de photos de figurations. Non juste le titre, réhaussé comme un blason ou une enluminre de guirlandes florales avec des petits écureils, des dragons, des oiseaux habilement glissés. Aux quatre coins un petit dessin de livre. JE trouve que ça donne un cacher un peu ancien et précieux.
2 – les petits dessins qui sont glissés dans le roman à la fin de certains chapitres. Ce sont des petites choses anodines comme des guirlandes du même style que la couverture, des plumes, des livres sur une table avec un vase ou des choses qui refletent plus directement l »histoire comme le chateau de la nuit, Violente, l »ours du Prince noir. De quoi faire définitivement plonger le lecteur qui a un peu de mal à se figurer ce qui lit entre les pages pour atterir directement à Ombra.
Je me suis vraiment plongée avidement dans cette lecture tant c’est typiquement le genre de chose que je voudrais qu’il m’arrive parfois. Juste lire et vraiment, réellement plongée dans les pages, m’incruster dans l’histoire, la vivre aux côtés des personnages, les voir, les rencontrer, les toucher… bon effectivement si c’est le genre de truc qui me fais doucettement fantasmer après lecture de ce tome, oui bon c’est que ça peut être dangereux en fait. C’est même souvent le cas. Et, il est tout aussi vrai que  bon qui sait si au delà de ce que l’auteur à écrit le personnage est vraiment vraiment comme ça.. ET c’est vrai que peut être, sans doute même, cela nous parait si beau, si merveilleux si attrayant parce qu’on en a aucun controle, qu’on doit juste « subir » la lecture. C’est facile comme position. On a pas à se demander si ce que l’on fait est le bon choix, si un tel ou un tel ne va pas souffir de tel ou tel action…Oui j’aime beaucoup toute les reflexions qui emergent de la lecture d’une telle oeuvre. Il y a une démarche presque de mise en abime fantasmée. L’auteur nous fabrique une histoire, des signes noirs sur du papier qui potentiellement, si on y croit, peut nous ouvrir les portes d’un monde fabuleusement dangereux. (dangereux parce que les méchants et tout et tout mais dangereux aussi car avec un pouvoir comme celui de Mo ou de Méggie c’est notre statut de lecteur-simple lecteur qu’on met en danger). Bref je ne vais pas m’attarder sur ces reflexions plus longtemps je sais que je vous casse les yeux avec tout ça.

Vous vous intéressez sans doute plus à ce que j’ai pensé de l’histoire de ce seconde tome. Bon alors sans révéler trop de chose du premier tome c’est délicat. Globalement c’était assez attendu que les personnages partent pour le Monde d’encre puisque dans le premier tome c’était lui qui était venu dans le nôtre. En ça pas de surprise et l’auteur attaque directement par là. Le retour de Doigt de Poussière chez lui. Et là, tout ceux qui comme moi sont littéralement tombés amoureux du cracheur de feu se disent « oh non oh non pas bon ça pas bon ça. Pas avec ce que Fenoglio a prévu. Pas bon ça. » Et puis bon il laisse la Gwin, la martre, dans notre monde, donc bon on se dit qu’on va voir…
Forcement tout ce ne passe pas comme prévu entièrement. Et c’est vraiment ça le fondement de ce second tome. Rien ne se passe comme prévu, ce qui va pas mal faire desespéré Fenoglio qui est lui aussi dans le Monde d’encre. Il veut faire des choses bien, sauver des choses, reprendre son histoire en main car bien sur l’histoire, la vie des personnages n’est pas juste limitée à ce qui est écrit dans les pages il y a tout l’avant, le pendant, l’après… tout ces instants que l’auteurs n’a pas jugé bon d’écrire mais qui existent quant même… Les personnages sont alors un peu livrés à eux-même et ce qu’il se passe dans le Monde d’encre laissé à lui-même n’est pas folichon. Fénoglio, avec l’aide de Méggie, va tenter de faire en sorte que cela s’arranger mais les choses ne tournent pas toujours vraiment exactement comme il le veut et du coup c’est la catastrophe. J’ai vraiment adoré cette idée de l’auteur tout puissant quand il est dans notre univers (l’auteur qui est absolument maitre de tout ce qu’il a écrit, l’auteur qui fait ce qu’il veux à et avec ses personnage) et qui frôle l’impuissance une fois qu’il est lui-même personnage de sa propre histoire parce qu’il est physiquement dedans. Il y a une balance qui s’équilibre bien mais qui est terriblement rageante vue la manière dont tout est hors de controle.

J’avais fait la critique d’un ouvrage trop manichéen, simpliste et « nian nian » dans mon avis du premier tome. Pour le second il n’en est plus question. Les choses en devenant plus sombres sont devenues plus complexes. Certes il y a toujours les gentils et les méchants mais ce n’est plus présenté de la même manière et du coup cela passe beaucoup mieux.
Les personnages m’ont semblé plus matures et pas seulement parce qu’ils sont plus agés  mais peut-être est-ce parce qu’on les voit principalement à travers les yeux de Maggie (même si on est dans une narration à la 3ème personne) qui est un peu plus vieille. D’ailleurs sur ce point j’ai eu un petit bug, elle à 13 ans dans ce tome et Doigt de poussière a passé 10 ans dans notre monde, du coup il est arrivé quand elle avait 3 ans, pourtant il me semblait dans le premier tome que cela s’était passé quand elle en avait 5… bon on est pas à deux ans près mais par moment je lui aurait donné plus que 13 ans, surtout en qui concerne le début de romance avec Farid. C’est peut être le seul aspect négatif (et encore le terme est fort) du roman.

Et puisqu’on parle des personnages je vais faire un tableau assez rapide. Roxane est pile poil comme je la pensait, la femme parfaite pour un cracheur de feu comme Doigt de Poussière, avec un bon caractère de feu, une force de la nature, très touchante et très forte. Fenoglio, même sil me tape sur les nerfs avec son arrogance de « c’est moi le créateur de cette histoire » me touche pas mal, surtout quand il se rend compte que tout lui échappe. Résa en soit n’a pas franchement d’importance et je dirais limite d’interet si ce n’est qu’elle est le symbole de la famille réunie et surtout de toute cette rancoeur que Mo garde son le Monde d’encre. Mo justement, alors lui j’ai hâte de voir ce qu’il va devenir dans le dernier volume parce qu’il évolue de manière… inatendue. Et du coup que dire du Geai Bleu… Haa rien sans vous révéler des choses de l’intrigue mais oui ça c’est un délice, un pur coup de génie de Cornelia Funke Et de Fenoglio. J’ai déjà un peu parlé de Meggie, quant à Farid il est choupi, touchant que ce soit avec Meggie ou Doigt de Poussière et lui aussi le gentil petit voleur qui change d’histoire nous revelera des aspects intéressants dans dernier opus. Plus sombre certainement. Les méchants sont bien atroce et si Basta, Mortola et Capricorne nous paraissaient assez ignoble dans le premier tome, Tête de Vipère est bien pire me semble-t-il. Plus sournois. Dans ses deux héraults, anciennement à la solde de Capricorne, je trouve qu’il y a un peu des bandits de The Crow…. peut-être leur stupidité… je ne sais pas je me les représente bien ainsi… ou alors c’est le côté incendiaires….
Il nous reste un des principaux… Doigt de Poussière… mais comment dire ? Je l’aime encore plus ce personnage… Mais non franchement l’auteur n’avait pas le droit… c’est juste pas juste… je me doute que vue le titre du troisième opus, Mort d’encre, il va y avoir des suprises mais non… moi j’en ai pleurer pendant des pages et des pages et j’ai même mouillé mon livre… maintenant il a des traces gondolées…. Ce personnage mais il est juste parfait. C’est Le personnage de roman à mon avis. Ni gentil  ni méchant (bon en fait si c’est un gentil mais c’est le plus gris des gentils et il n’est pas vraiment méchant c’est juste qu’il en a tellement bavé qu’il se méfie mais bon) il est nuancé et je ne sais pas il y a quelque chose qui se dégage de ce personnage quand je le lit.
Quant à Gwin, et bien elle se fait concurancer par Louve une nouvelle martre que Doigt de Pousssière adopte. J’aime beaucoup les passages où les martres interagissent. Il y a un petit côté chat jaloux.

J’ai adoré les atmosphères qui sont si bien rendues. Le campement des saltimbanques, le chateau endeuillé et la foret… la foret avec ses elfes de feu, ses nixes et les hommes de verre…. De la fantasy dans le sens du merveilleux comme j’aime. A travers les lettres noires c’est tout un monde fabuleux qui se dessine dans mes mirettes et j’aime j’aime j’aime ainsi rêver. 

Au final, vous aurez compris c’est encore une fois un coup de coeur. L’auteur poursuit son histoire entre l’attendu et l’inatendu, surprenant le lecteur juste comme il faut sans pourt autant trop le malmener (quoi que je ne suis toujours pas d’accord avec ce qu’elle fait de Doigt de Poussière même si elle a sans doute de bonnes raisons) avec des descriptions, un style délicieux une narration haletante.

NB je n’ai pas parlé d’un personnage Orphée, qui fait son apparition dans ce tome. La raison est simple je ne sais pas trop comment le voir et hormis le rôle de porte vaniteuse il n’a pas un grand rôle dans ce tome… mais je pense que ça va changer dans le 3….

A voir a voir.

¤ Conseil

Plus qu’un conseil il Faut que vous lisiez cette trilogie. C’est un délice en pages; Un livre voyageur qui vous transporte ailleurs. Et c’est Beau !

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s